Que retenir du dernier observatoire de l’e-pub ?

Chaque année, le SRI et l’UDECAM publient un Observatoire de l’e-pub qui a pour vocation de faire un tour d’horizon de la publicité digitale : comment évolue-t-elle, quels sont les supports qui ont la côte, quelle est la taille du marché, etc… C’est l’occasion pour nous de vous faire un petit résumé de ce qu’il en est pour la vidéo.

 

La vidéo : état des lieux

Format omniprésent sur tous les canaux de diffusion internet, que ce soit sur les réseaux sociaux, les sites web ou encore les forums, on compte aujourd’hui, plus de 450 millions de personnes qui visionnent plus de 60 milliards de vidéos chaque mois rien que sur YouTube. Qui représente à lui seul 37% du trafic mondial sur mobile, devant Facebook (8,4%) et Snapchat (8,3%). D’ici 2021, on estime qu’elle représentera 82% du trafic data mondial. Rien que ça.

 

Des chiffres qui en disent long

Une étude de Médiamétrie a démontré que 63% des internautes français regardent une vidéo tous les jours ou presque tous les jours. Et cette statistique s’élève à 84% si l’on se focalise sur la tranche des 15-24 ans. Et oui…on vous l’avait dit : la vidéo c’est l’avenir !

Cette étude nous en apprend aussi sur les préférences de consommation des utilisateurs, par exemple : 64% visionnent des vidéos sur ordinateur contre 41% sur mobile, une tendance qui devrait d’ailleurs s’inverser progressivement. En outre, 42% des internautes regardant des vidéos sur mobile le font pendant les moments d’attente, et 23% dans les transports. On apprend même que 45% de ceux qui regardent des vidéos sur les réseaux sociaux visionnent des vidéos d’information/d’actualité.

 

Pourquoi tant d’attractivité pour la vidéo ?

Tout simplement parce que les vidéos jouent sur la mémoire visuelle et auditive, et touchent par conséquent le goût esthétique des internautes. Selon diverses études sur le sujet, l’individu mémorise 20% de ce qu’il entend, 30 % de ce qu’il voit et 70% de ce qu’il voit et entend. Il est plus difficile de s’approprier une information lorsque celle-ci nous est délivrée sous la forme d’un texte. On dit souvent que 1000 mots ne valent pas une image, et c’est plutôt vrai lorsqu’il s’agit de décrire quelque chose et faire passer un message, et c’est encore plus le cas si celui-ci se veut émotionnel. Il n’y a qu’à voir l’importance qu’occupent aujourd’hui les biens culturels tels que les films, les séries ou les jeux-vidéo. Bien entendu, nous ne prêchons pas la mort des articles ou des livres, simplement ils sont complémentaires, ils ont une utilité disons différente.

 

Comment se place Pepsia dans tout ça ?

Avec une forte production de contenu, (plus de 9000 vidéos à date), notre player est un format d’avenir : il permet de captiver rapidement l’utilisateur avec des vidéos passionnantes réellement intéressantes. Cette étude confirme donc ce que nous pensions en privilégiant ce type de format.

De plus, beaucoup d’autres éléments vont dans notre sens puisque l’on apprend que 52% des répondants préfèrent les publicités de type pre-roll et post-roll. Quand les mid-roll sont les publicités les moins appréciées. En outre, sur l’ensemble des internautes interrogés, une très grande majorité s’accorde à dire que les publicités proposées sont trop longues (80 %) et qu’elles ne sont pas cohérentes avec le contenu visionné (79 %). Ce que nous avions anticipé avec un format court et surtout une hyper-contextualisation grâce aux nombreuses thématiques (119 environ) que nous traitons.

 

Vous voulez approfondir le sujet ? Prenez contact avec l’un de nos account managers 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *